Get Adobe Flash player

ECOBULLES VEGETAL

Optimisez de façon naturelle l'efficacité des produits phytosanitaires avec ECOBULLES VEGETAL

L'Ecobulles végétal permet de :

  • Réguler le pH de l'eau au 1/10ème près de façon durable
  • Transformer les carbonates en bicarbonates
  • Solubiliser le calcaire : il ne se dépose plus sur les plantes et dans les canalisations
  • Augmenter le pouvoir tampon
  • Limiter les réactions d'hydrolyse éventuelles
  • Améliorer la suspension, la dispersion de la bouillie de l'eau et la pénétration cuticulaire
  • D'associer des alcalins tout en limitant leur sensibilité à l'hydrolyse
  • De respecter l'environnement par un écobilan positif
  • De valoriser les phytosanitaires par un faible coût

L'acide carbonique HCO3 (H²0 + CO² H²CO³ soit H+ + HCO³-), obtenu en gazéifiant l'eau, peut substituer avantageusement tout autre acide, avec un respect total de l'environnement, ou peut être associé à d'autres acides pour obtenir une réaction plus sélective avec un bon compromis économique.

Ces différentes propriétés permettent d'améliorer le rendement, la précision et la longévité des pompes doseuses. Dans l'emploi de ces pompes, pour doser les phytosannitaires à épandre sur les plantes, on a ainsi une meilleure homogénéité du mélange, une dissolution plus rapide des produits et on supprime le risque de produits non suffisamment solubilisés avant l'épandage sur la plante (technique brevetée).

pH sur l'association de différentes matières actives

Cette courbe montre qu'il faut une certaine teneur en CO² en fonction du pH et de la dureté pour que l'eau ne soit plus incrustante. Le calcaire étant solubilisé, il ne se dépose plus. On limite ainsi fortement les taches blanches sur les végétaux, les tuyaux ne sont plus entartrés, les canalisations ne se bouchent plus de même que les buses et tout le matériel de micro-irrigation.

En adoptant une dose de CO ² plus importante, supérieur à celle nécessaire pour être à l'équilibre, on obtiendra une action curative sur le calcaire incrusté de longue date. On pourra ainsi nettoyer le réseau d'arrosage et les buses de pulvérisation et on facilitera grandement les phases de rinçage.

Exemple de pouvoir tampon avec quelques phytosanitaires

Limitation des réactions d'hydrolyses éventuelles

Analyses réalisées par le laboratoire SICAGRO.
Stagnation du mélange : 2 heures avant analyse

Dégradations de quelques phytosanitaires

L'eau gazéifiée limite les effets éventuels d'hydrolyse

Comparaison entre le pH d'une eau de puits et cette eau gazéifiée

Dureté de l'eau testée : 30ºF

Rapidité d'assimilation de 2.4D par la plante

L'eau gazéifiée permet de traverser plus vite les couches cireuses et graisseuses cuticulaires qui sont lipophiles et hydrophobes (université d'UPPSALA en Suède) et ce sans entamer la cuticule, d'où une grande sélectivité.

ECOBULLES® peut donc être considéré comme un moyen pour améliorer l'efficacité des traitements dans des conditions climatiques difficiles, par exemple en température froide ou risque de pluie imminente.

Amélioration de la solubilité dans l'eau gazéifiée

L'optimisation de l'efficacité des phytosannitaires est due :
- A la diminution du risque d'hydrolyse de la matière active dans la cuve du pulvérisateur
- A une meilleure pénétration cuticulaire avec l'eau gazéifiée.

En conséquence :
- L'eau gazéifiée permet de combler des déficiences d'efficacité sans avoir à augmenter la dose de produit.
- Une amélioration de la qualité des produits, notamment en arboriculture, viticulture, maraîchage et horticulture, a été prouvée par analyses.

Le gaz carbonique employé est un sous-produit, issues essentiellement de la pétrochimie (fabrication des engrais et pesticides entre autres). L'écobilan est donc excellent.

En conclusion, quelques remarques sur le rôle de l'eau dans les traitements

Les ions calcium par le précipité forment une croûte qui gêne la pénétration du produit :

phénomène qui disparaît quasiment lorsque l'eau est gazéifiée: pas de précipité, et de plus à accentuation très nette du pouvoir dispersif (bouillie moins compacte).

Comparaison et incompatibilité :

Le sulfate d'ammonium a un rôle très limité (emploi avec le glyphosate seulement). Avec de l'eau gazéifiée, on peut employer tous les produits (excepté le molybdène), le coût du CO2 employé étant identique à celui du sulfate d'ammonium. La polyvalence est évidente.

La dureté de l'eau a un effet plus perturbant sur des doses réduites :

Tous les essais de gazéification ont toujours été statistiquement significatifs lorsque la dose est très faible et qu'il y a déficience (cf. essais de la protection des végétaux Midi Pyrénées et de la Morinière).

L'eau adoucie est dangereuse pour l'emploi de certains produits nécessitant un pouvoir tampon :

Le CO2 développe le pouvoir tampon grâce aux carbonates présents (jusqu'à 60° de TH) et transformés par la gazéification en bicarbonates, bien connus comme tampon notamment sur la sur-acidité gastrique. La gazéification est bien adaptée pour le traitement des eaux ayant un pH supérieur à 6,8 et une dureté minimale de 15° de TH. L'eau de pluie est intéressante pour son pH mais dangereuse car non suffisamment minéralisée et ne pouvant donc pas développer un pouvoir tampon, d'où une mauvaise sélectivité sur des produits agressifs.

La sur-acidification est dangereuse et souvent inefficace :

L'eau gazéifiée ne fait que réaliser une correction très progressive du pH: elle rééquilibre l'eau trop chargée en carbonates, et adapte le pH de l'eau à celui de la plante, tout en sécurisant certains produits sujets à l'hydrolyse qui en phase trop alcaline se dégradent de façon exponentielle. Quel est le danger d'une sur-acidification? L'hydrolyse et la perte d'efficacité, par exemple sur le STING. Il pourrait être également cité le comportement d'une bouillie trop alcaline due à un pH de l'eau trop élevé ou à l'association de produits alcalins entre eux. Ex: eau à pH= 7,8 et TH= 25 dans laquelle on met de l'OPUS avec de l'AGRYS et du DACONIL le pH obtenu est de 8,8. La durée de vie d'un DACONIL exposé dans une solution de pH 8,8 est fortement entamée. En cas de stagnation de plus d'une heure, une dégradation par hydrolyse de 25% de cette matière active est mesurée. Le même mélange dans une eau gazéifiée stabilise le pH à 6,5, il n'y a aucun risque d'hydrolyse significative à ce niveau. Le bon compromis est de maintenir le pH des eaux de pulvérisation aux environs de 6 en développant leur pouvoir tampon si la présence des carbonates est supérieure à 15° de TH.

Faible coût:

exemple, pour une eau ayant 35 de TH et un pH de 7,8, le coût de CO2 dépensé pour 1 m3 est d'environ 1,40€ pour obtenir un pH stabilisé et tamponné de 6.

Certains produits de désherbage sol, non sélectifs en foliaire, se réfugient avec les dépôts de tartre présents dans les éléments intérieurs du pulvérisateur; Il risque alors de se libérer lorsque des solvants puissants contenus dans d'autres phytosanitaires vont les dissoudre, ce qui risque de provoquer une phytotoxicité sur la culture.

ECOBULLES® apporte plus de garantie pour la gestion
de ce risque en évitant les dépôts de tartre.

Instruments de mesures

Papier Ph

Ph Métre

Carbodoseur

Coffret de dureté

ECOBULLES

  • Permet l'emploi de buses sophistiquées (suppression quasi totale des bouchages de jets).
  • Améliore les mélanges dans le bas volume, l'ultra bas volume et l'injection directe.
  • Améliore la propreté de l'appareil de pulvérisation (moins de dépôt).
  • Limite la sédimentation et la dégradation de la matière active en cas de stagnation dans la cuve et les rampes (panne de pulvérisateur ou intempéries).
  • Le CO2 dissout dans l'eau joue un rôle dispersif et émulsif, particulièrement dans les bas volumes et l'injection directe, il facilite la préparation du mélange à pulvériser (homogénéité), et en particulier évite l'attraction des fines particules de matières actives entre elles.
  • L'eau gazéifiée améliore les phases de rinçage des pulvérisateurs donc moins de résidus antagonistes lors de l'emploi de produits non sélectifs sur certaines cultures. PAS DE CONTRAINTE: la gamme des appareils permet de gazéifier de l'eau de 2 à 30m3/h.
  • Le mélange CO² + eau respecte le matériel de pulvérisation.